Un reportage de mariage aux Roches Blanches

Parlez-nous de votre rencontre

Avant d’habiter à Zurich, je vivais à Amsterdam…

Je dansais dans la Compagnie National de Ballet, une collègue de travail me parlait souvent d’un kinésithérapeute qu’elle avait rencontre lors d’une tournée à Zurich, qui était apparemment excellent et qui l’avait sauvé de plusieurs blessures au pied et genou…

Bref, quelques années plus tard, j’ai obtenu un contrat dans la compagnie de Ballet de Zurich, une autre collègue me parle encore une fois de ce kiné exceptionnel qui est en plus très sympa et très charmant… Elle me dit : un jour, quand j’ai ma séance, tu viendras avec moi pour le rencontrer… Et la… coup de foudre ! Nous nous sommes revus 2 jours après pour un diner et nous nous sommes jamais quittés…

photographe-mariage-cassis-106photographe-mariage-cassis-16

La déclaration ?

Il me réveille un vendredi matin du moi d’aout a 5 heures et il me dit : Ma chérie, ne me pose pas de questions, on fait nos valises on va quelque part, prend 2 ou 3 robes et des affaires d’été… Ok, trop tôt pour argumenter… j’exécute… On descend, et là son frère nous attendait dans la voiture…direction aéroport… Ou va t’on ???? Pas de réponse… ok, direction Venise !!! Wow, un rêve, nous arrivons et sommes escortes dans un hôtel magnifique par bateau… Nous parcourons les rues, les canaux, visitons cette ville magique.. Plus tard nous rentrons à l’hôtel ou nous dinons très « romantiquement » aux chandelles…

photographe-mariage-cassis-14

Après le dessert, le maitre d hôtel nous demande de le suivre et nous emmené sur le quai, ou la un beau bateau riva nous attend…. Le chauffeur me tend la main pour me faire rentrer a bord et la sur le siège une bonne bouteille de champagne et quelques toasts… L’émotion monte… Nous faisons un tour en bateau de Venise by night avec une belle coupe, instant plus que magique… et la je dis à Claudio : Mon dieu , c’est magnifique, c’est comme dans un rêve… Il s’agenouille et il ouvre un beau boitier et me dit : Pour qu’un rêve devienne réalité je voudrais aussi que tu deviennes ma femme ? Des larmes de joies, un bonheur intense, une émotion énorme, un sentiment de joie d’amour , un moment inoubliable !

photographe-mariage-cassis-117

Le lieu ?

Une évidence, l’hôtel des Roches Blanches à Cassis est un endroit ou nous aimons aller chaque année quand nous sommes de passage à Marseille. Un hôtel, un emplacement magnifique, très spécial pour nous. Un endroit rêvé pour un photographe de mariage à Marseille.

Préparatifs et organisation

Pas très facile d’organiser un mariage à distance… Habitant à Zurich, voulant absolument se marier sur Marseille ou Aix-en-Provence… 6 mois pour organiser, chercher la musique, Dj / violoniste / saxophoniste, vidéaste, photographe mariage, fleurs, dragées… etc… Quelle aventure !!! Mais nous étions d’accord, petit mariage, famille et amis très proches, nous étions 35. Beaucoup de recherches faites, sur internet, site mariage, magazines, livres etc… 3 week end sur Marseille pour rencontrer tous les prestataires, week end charges certes mais efficaces…

Le mariage dans un cadre idyllique ?

C’était parfait. Nous avions tellement tout organisé et tout fait pour que la journée soit belle, que nous nous sommes dit, maintenant nous n’avons qu’à profiter, ce n’est plus entre nos mains, alors let’s enjoy it ! Mariage de 35 personnes (famille et amis proches) nous avons pu profiter de tout le monde, quel bonheur. Mariage à l’église arménienne du Prado, puis arrivée aux Roches Blanches, séance photo en bord de mer puis apéro en terrasse avec violon, saxo et musique lounge… super moment avec champagne et toasts… Un régal, suivi d un excellent diner aussi au violon, des plats exceptionnels et nous avons dansés jusqu’à 4 heures du matin, avant de se coucher petit plongeon en piscine… un régal ! Le lendemain brunch délicieux en terrasse, un bonheur de se retrouver le lendemain !

Une petite anecdote de la journée ?

L’église arménienne, cérémonie surtout en arménien et un peu en français… Mon mari ne comprend pas le français et encore moins l’arménien… Je lui traduisais discrètement quelques phrases et lui serrais la main quand il fallait faire le signe de la croix ou dire «oui mon père».

Et si c’était à refaire ?

Pareil !